26 juin 2012

Cop (1988) James B. Harris



Adaptation d'un roman de James Ellroy, Lune sanglante, le film de James B. Harris conserve la violence des meurtres, James Woods parvient à donner une performance où la décontraction est au service de l'enquête. Véritable accro au crime, au boulot, Woods porte le film et le rend digne d'intérêt. Charles Dunning, qui joue son pote de bureau, est un solide second rôle. Quelques bimbos dont Randi Brooks pimentent le métrage de leurs formes courbes. Lesley Ann Warren est hystérique à souhait.
De nombreux points positifs cependant le film aurait gagné à être plus court ou à remplacer quelques scènes par le portrait de la ville. Los Angeles est un élément majeur des romans de James Ellroy, c'est le point faible du film, la ville est absente. Dommage.
Michel Colombier, le compositeur a fortement lorgné vers le score de Full Metal Jacket pour les séquences à suspense, le Kubrick était sorti un an auparavant. La fin penche vers le Dirty Harry de Siegel. Au final un film dont j'attendais plus.

25 juin 2012

The Bedford Incident / Aux postes de combat (1965) James B. Harris




James B. Harris est un des premiers collaborateurs de Kubrick, lorsqu'il commença sa carrière de metteur en scène c'est avec ce film. Le sujet n'est pas éloigné de Dr Folamour, le contrôle d'armes puissantes aux mains de névrotiques est le thème commun. 
Le capitaine Finlander (Richard Widmark) est à la tête d'un destroyer chargé d'observer l'activité sous-marine soviétique. C'est la guerre froide et il faut se méfier des communistes. L'officier traque dans les eaux arctiques un sous-marin, surnommé "the big red", Finlander n'attend qu'une chose : qu'il franchisse les eaux territoriales d'un pays membre des Nations Unies. Ce que fait le sous-marin mais le commandement décide d'attendre. Perte de temps, le sous-marin rejoint les eaux internationales. Pris de douce folie obsessionnelle la traque va continuer, en dépit des frontières et des lois internationales.
Le film commence avec un ton satirique, assez kubrickien. Les personnages interprétés par Martin Balsam et Sidney Poitier sont les repères normaux qui arrivent au sein de l'équipage, entièrement vampirisé par Widmark dans sa quête du sous-marin, un peu comme Achab et la baleine.
Peu à peu le film penche vers le drame et l'on quitte cette ambiance surréaliste où les épluchures et détritus du navire soviétique servent à dater son passage. On aperçoit d'ailleurs Donald Sutherland en assistant un peu givré, préfiguration du rôle qu'il tiendra dans M.A.S.H. un peu plus tard.
Le film est plaisant car les acteurs sont excellents, Eric Portman est de la partie pour un rôle clin d'oeil à 49th Parallel de Michael Powell, autre chouette film de sous-marin.
Ajoutons l'ambiance sonore/sonar avec les pulsations qui rappellent une partie géante de Pong Atari au ralenti...