28 juil. 2013

Det regnar på vår kärlek / Il pleut sur notre amour (1946) Ingmar Bergman


Voici un Bergman plus optimiste, moins enragé que les précédents car en dépit des difficultés rencontrées, le jeune couple décrit ici résiste aux embûches et va de l'avant.

Maggi (Barbro Kollberg) et David (Birger Malmsten) ne savent pratiquement rien l'un de l'autre, ils ont en commun leur jeunesse et leur dénuement. Ils décident de vivre ensemble mais ils avancent de déconvenues en déconvenues.
Bergman montre une société suédoise bourgeoise, cupide où les défauts fleurissent mais d'autres personnages viennent en aide au jeune couple et leur permettent de croire en l'avenir. Les deux trublions fantasques, la veille voisine, Hanna Ledin les entourent d'une bienveillance, à eux tous ils forment une petite communauté, une troupe, qui n'a peur de rien. C'est un des messages du film, avec la ténacité, que la force du groupe.
La pluie du titre est bien présente mais lorsqu'elle tombe sur l'amour elle ne peut réellement l'atteindre.
Le traitement du sujet donne au récit un ton moins dramatique, c'est d'abord le narrateur (l'homme au parapluie) qui s'adresse au spectateur et l'empêche de sombrer dans une immersion totale, ce sont également les jolis cartons qui scandent le récit, lui apportant une touche littéraire qui souligne sa dimension fictive.
Nous avons sans cesse la certitude de nous trouver devant des personnages qui servent à illustrer une morale. La leçon a été comprise et suivie avec délice. De la didactique agréable, simple et douce.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire