5 août 2013

Boogie Nights (1997) Paul Thomas Anderson


Où comment un jeune ado, Eddie Adams (Mark Wahlberg), bien monté, tente sa chance à Hollywood mais pas le Hollywood des gros studios, celui de la montée en flèche du cinéma porno. Comment il se trouve une famille, comment il vit l'insouciance, prend la grosse tête (il a le don pour avoir des organes développés) et touche le fond lorsque la vague porno surfe ensuite sur le marché de la vidéo.

Autour de quelques individus, acteurs, techniciens, réalisateur, producteurs, P.T. Anderson lève le voile sur une autre histoire hollywoodienne, tout aussi glauquissime que la grande, toute aussi emplie de rêves, de moments magiques que son aînée. Histoire américaine aussi puisque la famille représente le noyau dur qui tient les personnages, famille déchirée, reconstituée mais famille quand même. L'illusion tire les ficelles de ces personnages souvent en proie à la détresse, idiots mais qui veulent vivre quelque chose de plus grand que leur propre condition.
Un casting impressionnant pour un film prenant, moins léger et plus profond que sa surface ne le laisse à penser.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire