29 août 2013

Killer of Sheep (1977) Charles Burnett


La vie de tous les jours dans le ghetto noir de Watts, à Los Angeles, durant les années 70.
Stan (Henry G. Sanders) travaille dans un abattoir où il tue majoritairement des moutons (le titre fait référence à son métier mais aussi à ceux qu'il compte sans cesse lors de ses nuits d'insomnies), il travaille pour pas grand-chose et a du mal à joindre les deux bouts. Une fatigue morale s'empare de lui, une déprime qui le fait renoncer aux avances de son épouse, qui ne lui donne goût à rien. 
Mais le moral revient, sans que l'on s'y attende.

Burnett a l'art de laisser le temps s'installer dans les plans, scènes où l'on ne fait rien, si ce n'est être ensemble, scènes nombreuses où les gamins du quartier s'amusent, grimpent partout. Le décor est pauvre, terrains vagues sur fond de palmiers mais il subsiste une dignité et une envie d'y arriver, malgré les contraintes. Burnett montre également la violence, la tentation de la délinquance mais l'essentiel réside dans les notions d'entraides, de dépassement de soi car il faut beaucoup de courage et de volonté pour ne pas se laisser aller aux facilités.
La beauté formelle du film est évidente, un sens du cadre, de l'usage de la lumière...
C'est un film qui n'aurait pas du rester sur les étagères. Il n'a pu être distribué qu'en 2007, et en dvd, car Burnett n'avait pas les droits des 22 morceaux de la bande-son qui, racontent un parcours dans la musique noire américaine.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire