11 sept. 2013

The Count / Charlot et le comte (1916) Charlie Chaplin


Moins étonnant que One A.M., The Count rejoint les sentiers (re)battus de la comédie néanmoins il présente une tenue qui a de l'allure, des moments de grâce plus fréquents et mieux distribués dans le récit qui le rendent moins bancal que d'autres courts dans la même veine.
Chaplin interprète un tailleur. Il va sans dire que les compétences professionnelles de son personnage sont nulles. Le licenciement est inéluctable.
Son patron (Eric Campbell), trouve dans un smoking une invitation pour un bal, promettant le coup de foudre avec un jeune et riche héritière (Edna Purviance). Il usurpe l'identité du comte invité et, arrivé sur les lieux, retrouve son assistant infernal. Il lui propose, en échange de son silence, qu'il devienne son faux secrétaire. Or ce dernier, au moment de se présenter, affirme être le comte attendu...
Nous retiendrons un usage hilarant de la nourriture et des boissons, camembert, spaghettis, soupe, tranche de pastèque, le moindre aliment est source de variations comiques qui touchent au génie, l'on rit comme un enfant au cirque. Un numéro dansé, qui n'est pas sans rappeler des passages d'oeuvres ultérieures, a son charme et le final en bataille rangée frappe par son appétit de destruction, je ne crois pas avoir vu Chaplin se faire plaisir à tout détruire avec autant d'ardeur et de jubilation.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire