29 sept. 2013

The Spiral Staircase / Deux mains, la nuit (1945) Robert Siodmak


Une ville de la Nouvelle Angleterre, un tueur en série rôde et s'acharne sur les femmes qui souffrent d'une infirmité. Helen (Dorothy McGuire) reste, depuis un drame, sans voix aussi est-elle une cible idéale...

La distribution n'est pas de premier plan mais tous les acteurs sont connus par les éveillés des salles sombres : George Brent, Ethel Barrymore, Rhonda Fleming, Kent Smith, Elsa Lanchester, Sara Allgood et même Rhys Williams. C'est une des raisons qui font du film un agréable moment.
L'essentiel étant la mise en scène soignée de Siodmak, la lumière de Nicholas Musuraca et les décors de Darrell Silvera. Le film se déroule, pour la plus grande partie, dans une immense demeure et les lieux sont admirablement utilisés. L'action tient en une nuit, une nuit d'orage, et le travail sur les ombres est superbe. 
Ce n'est pas tant le récit qui tient le spectateur en haleine mais l'atmosphère qui s'en dégage. 
Un régal pour les yeux, souligné par la scène d'introduction : nous assistons à une séance de cinématographe, le premier regard est celui des spectateurs devant l'écran, des enfants lorgnent à travers le rideau, et nous les regardons, regards emboîtés alors qu'au-dessus de la salle de projection, une autre regard, meurtrier celui-là, épie la victime. Plaisir scopique, voyeurs de spectateurs, Siodmak nous en donne assez pour apaiser notre soif visuelle.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire