18 oct. 2013

Crashout (1955) Lewis R. Foster


Festival Lumière 2013, Lyon.

"Art of Noir" par Eddie Muller et Philippe Garnier.

Film écrit par Cy Endfield qui aurait voulu le tourner mais le réalisateur doit s'exiler et c'est Chester, le producteur qui engage Foster, ancien journaliste de San Francisco, pas un inconnu puisqu'il a écrit le scénario de Mr Smith Goes to Washington.
Une seule copie 35 mm existe de ce film et elle était là, à Lyon, le 18 octobre 2013.
Le film vaut par son casting "avec tous les méchants que l'on aime" dira Garnier.

Le film débute par une évasion et un magot à aller chercher.
Qui s'évade ?
Van Duff, c'est-à-dire William Bendix, une gueule et un timbre de voix reconnaissable entre tous, il est vraiment le bad guy de cette équipée sauvage alors qu'à l'époque il jouait les nounours gentillet dans une série télévisée. Arthur Kennedy est de la fête (il joue Joe Quinn), un acteur excellent, journaliste dans Lawrence d'Arabie ou plus méconnu le héros de The Naked Dawn. Luther Ader joue l'italo-américain irrésistible mais c'est William Talman qui retient notre attention, il est le tueur psychopathe du groupe, l'évangéliste au couteau rédempteur, acteur qui brille dans Armored Car Robbery de Fleischer. Adam Williams a un rôle dans le film, c'est l'un des truands de North by Northwest. Que du beau monde !
Ces truands doivent composer entre eux et cela ne se fait pas sans heurts. Au fur et à mesure du film le groupe perd des membres, l'argent dissout, une de ses vertus principales.
C'est un excellent polar de série B, a l'interprétation de qualité. La mise en scène est soignée, certes ce n'est pas Cy Endfield qui est aux manettes mais Foster s'en sort honorablement, seule une production parfois un peu chiche se fait sentir de temps à autre mais ce n'est guère gênant.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire