6 oct. 2013

Wagon Master / Le convoi des braves (1950) John Ford


Des truands, les Clegg, tue un homme après lui avoir volé de l'argent. Séquence très courte, le mal est introduit dans le récit. 
Générique.
Une ville, le marshall se plaint, tous ces mormons, vendeurs de chevaux, voleurs, saltimbanques, cela le gêne comme les roms en notre bonne vieille France ou d'autres communautés, l'autre est souvent envisagé comme un nuisible qu'il faut repousser.

Le pays est grand et la communauté conduite par Elder Wiggs (Ward Bond) espère gagner la terre promise : une terre fertile où il fait bon vivre en paix.
Ford va suivre ces outcasts à travers la vallée de San Juan, deux cow-boys les accompagnent. Les Clegg les rejoindront, rappelant que les serpents existent.

En même temps que le récit sublimé d'une page de l'histoire américaine, c'est un discours sur l'exclusion qui pousse les hommes à se rassembler, mêmes les indiens, des navajos, partagent un moment avec eux.
En filigrane, c'est une ode à la nature, à la vie en communauté, à l'extérieur, finalement c'est ce qu'aimait Ford et ce qu'il réalisait lorsqu'il partait en tournage avec sa troupe, loin des studios.
Des cadrages superbes, un rythme qui ne laisse aucune place à l'ennui, des émotions, tout est parfaitement maîtrisé.
Et c'est ainsi que Ford est grand !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire