17 nov. 2013

El secreto del Dr. Orloff / Les maîtresses du Docteur Jekyll (1964) Jess Franco


Un savant garde son frère mort dans son laboratoire, frère qu'il a assassiné car ce dernier a couché avec sa femme. Quand il arrive à lui redonner vie c'est pour l'envoyer assassiner ses maîtresses.

Je m'attendais à un navet, un produit de série Z, le titre me le suggérait fortement et je fus conquis par ce film assez audacieux.
Il y a d'abord un plaisir à filmer ce récit, Franco multiplie les plongées, contre-plongées, mouvements soignés, sans compter un montage très libre, vivifiant. Amour du cinéma souligné par des références explicites à Clouzot, Chaplin...
L'aspect gothique de l'histoire me ravit, le château, les couloirs exigus, le laboratoire sous les combles, même si l'ensemble est plutôt fauché il dégage un certain charme, certainement maintenu par le noir et blanc. La tradition gothique est flanquée d'un modernisme excitant, ce sont les scènes qui se passent dans le club de jazz, les chansons qui parsèment le film.
Entre ces deux univers la créature (Hugo Blanco) fait des allers et retours, le temps de dénicher ses victimes, de prendre le soin de les tuer après qu'elles se soient suffisamment dévêtues.
Intervient alors un inspecteur fantasque, aux dialogues ironiques, qui ajoute à l'aspect hétéroclite de l'ensemble.
Le spectateur est satisfait devant tant de légèreté organisée avec sérieux.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire