1 nov. 2013

Garbo Talks / A la recherche de Garbo (1984) Sidney Lumet


Gilbert (Ron Silver) est à peu près le seul être normal de la faune qui évolue dans ce film. Il est surtout vampirisé par sa mère, Estelle (Anne Bancroft), excentrique au plus haut degré et activiste de toutes les causes, la dénonciation de l'injustice sous toutes ses formes est l'air qu'elle respire. Ceci étant traité sous l'angle de la comédie, les répliques et le personnage qu'incarne Bancroft sont un vrai bonheur, on rit souvent devant son numéro.
Sa petite particularité, comme si celles énoncées ci-dessus ne suffisaient pas, est sa passion pour Greta Garbo, son fils ne s'appelle pas Gilbert pour rien,  ce qui la rend d'autant plus attachante. Lorsque la maladie survient, qu'il ne lui reste plus que quelques mois à vivre, clouée à l'hôpital, elle veut voir Garbo. Son fils part à sa recherche...

Les extravagances d'Estelle (la scène des ouvriers du bâtiment notamment), de Jane (Catherine Hicks), sa collègue de travail sont hilarantes mais le film ne se contente pas de cela.
La quête de Garbo, si nous aimons l'actrice, est prenante, nous avons, nous aussi, envie de l'apercevoir et comment ne pas comprendre cet attachement à un monde faits de rêves, un monde en noir et blanc, fictif mais réel.

Lumet filme un New-York loin des fantasmes, une ville où les gens travaillent, sont en pyjamas à la maison (Carrie Fisher en négligé...), une ville qui conserve tout de même, et c'est la beauté du personnage de Bancroft, sa part de rêve, c'est ce qu'elle transmet à son fils, cette respiration particulière qui fait d'un être un individu entier, vraiment normal.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire