28 nov. 2013

Skyfall (2012) Sam Mendes


Une séquence d'ouverture parfaite débute le film, plongée immédiate dans l'action mais action lisible, ce qui est appréciable. Surenchère dans le scénario mais nous sommes bien dans un James Bond et nous ne devons pas nous étonner du traitement hyperbolique de la poursuite, un agent blessé et laissé sur place mais le devoir exige des décisions et des priorités et quand M (Judi Dench) décide Bond agit. Quelques minutes plus tard un autre ordre donné par M expédie Bond au tapis.
Le spectateur est cloué dans son fauteuil.
Générique spectral. Grandiose.

Quelle ouverture ! qui ne sera pas trahie par le reste du film qui distribue les moments d'actions avec brio, qui jette aux regards des scènes soignées, nimbées d'une beauté qui mérite les éloges. Je pense au combat dans l'immeuble de verre à Shanghai avec les méduses lumineuses qui gravitent autour, je pense au domaine de Skyfall en Ecosse...

Mendes donne à cet opus une classe incontestable. Savourons, en plus, tout le discours sur la tradition et la modernité qui parcourt le film et donne aux personnages une épaisseur et une humanité délicates. Bond, M sont vieillissants, en proie au doute, leur passé respectif les hante et l'apparition d'un ancien agent (Javier Bardem jubilatoire) devenu haineux à force de rancoeur, la trahison le ronge, donne plus de complexité à l'histoire. Les fils se tissent, les thèmes et tout devient grandiose.
Si en plus nous bénéficions d'acteurs impeccables comme Ralph Fiennes, Naomie Harris, Albert Finney, Ben Whishaw et Bérénice Marlohe, nous sommes comblés.

Dans le registre du divertissement nous tenons là une sorte de mètre étalon auxquels tous les projets doivent se confronter.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire