2 déc. 2013

Summer Storm / L'aveu (1944) Douglas Sirk


Sirk, pour son deuxième film hollywoodien, adapte Tchekhov et nous transporte un peu avant la révolution russe, en 1912.
Au fond d'une campagne nous suivons la vie de pacha du comte Volsky (Edward Everett Horton, d'une drôlerie exquise) qui  aime à batifoler avec les servantes et autres proies faciles attirées par ses largesses. Son ami le juge Fedor (George Sanders, admirable comme à l'accoutumée), n'a pas beaucoup d'émoluments mais son mariage à venir avec la belle et pure Nadena (Anna Lee) peut améliorer son confort.
Hélas la chair est faible et lorsque la pulpeuse Olga (Linda Darnell, séduisante et malicieuse), femme fatale issue du petit peuple, entre en scène, elle attire les hommes avec une efficacité redoutable. Tout ce petit monde va s'abaisser moralement et dévoiler le peu de grandeur qui les anime. Faiblesses, lâchetés, cupidité, déshonneur et cependant ces tares cohabitent chez ceux qui détiennent le pouvoir, la force morale se trouvant chez les petits qui voient ces notables se vautrer dans le stupre. La charge est lourde mais elle témoigne de la substance qui a fait naître la révolution.
Après des scènes dignes d'un vaudeville, c'est le misère de l'âme humaine qui fait de l'ensemble une oeuvre plus sombre.
Le flash back initial (le film débutait en 1919, le comte n'était qu'un mendiant apportant le manuscrit du juge Fedor) nous montre que ces personnages, Fedor en premier lieu, sont conscients de leurs fautes, voudraient se racheter mais la petitesse qui vit en eux, la corruption qui s'est installée dans leur âme ne peuvent leur permettre la rédemption.
C'est un film captivant qui bénéficie d'une interprétation de premier choix, il y réside une légèreté et une gravité propre à la littérature russe. Un miracle made in Hollywood.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire