17 déc. 2013

Take Shelter (2011) Jeff Nichols


Curtis (Michael Shannon, un peu habitué aux rôles de déjanté) a des visions cauchemardesques dont il ne peut se défaire, il devient progressivement fou. Son épouse Samantha (Jessica Chastain) va tenter de le soutenir dans cette épreuve.

Voilà, le propos est assez simple.
Alors que fait-on des tornades ? C'est le Midwest et nous savons que ce danger est permanent, la présence de l'abri l'atteste. La folie de Curtis prend appui sur cette peur et lui impose de construire, en s'endettant, un abri plus grand. Ce qui est irrationnel car globalement le sien lui suffit et en même temps cohérent car en délirant il protège aussi sa famille, bien qu'il perde son emploi, ses amis par la même occasion.
La folie de Curtis s'inscrit dans un cadre qui est essentiel.
Nous avons une famille moyenne, Hannah, leur enfant est sourde, elle a besoin d'un appareil qui coûte cher. Nous voyons les efforts de cette famille pour affronter ce handicap, les réunions des parents, l'apprentissage  de la langue des signes... Il y a de l'amour dans cette famille en dépit des difficultés. Nous voyons Samantha vendre des rideaux et autres pour économiser l'argent des vacances...
La maladie de Curtis vient alors même que la situation économique de la famille est fragile. Cette peur constante est importante, c'est celle de nombreux foyers, la perte d'un emploi, de la mutuelle qui lui est associée, la maladie peuvent être autant d'épreuves qu'il faut affronter et qui peuvent détruire le foyer.
a cet égard, et c'est le plus beau rôle du film, Samantha a la force nécessaire pour braver les difficultés. Elle a l'occasion de quitter Curtis mais en le fait pas. La plus belle scène, celle de la clé est symbolique de cette attention à l'autre qui rejaillit sur tous les membres de la famille. La générosité, le don de soi permettent d'aller plus loin, ensemble.
Alors cette tempête finale, allégorie ou réalité n'a plus aucune importance car cette fois la famille est unie et elle pourra affronter le danger avec la force du groupe. Là où le film puise sa force, la psychologie, la cellule familiale et là où il finit, le simple fait divers dont nous n'avons pas besoin d'en voir les péripéties.
Un film sur la famille, sur les dangers qui la guettent et la manière d'y faire face.
Superbe.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire