15 déc. 2013

Where the Sidewalk Ends / Mark Dixon, détective (1950) Otto Preminger


Mais qu'est-ce qui ronge Mark Dixon (Dana Andrews, tout le monde aime Dana Andrews, c'est un peu comme les Pixies) ? Pourquoi cette fixation sur Tommy Scalise (Gary Merrill qui, ici, me fait penser à Robert Newton, ce qui est un compliment) ? Et puis cette poisse incroyable, tuer le mari de la femme, Morgan (Gene Tierney, big eyes from Venus pour faire un clin d'oeil au Beefheart) qu'il convoite !
Ruelles sombres, nuits sans sommeil, solitude existentielle, damnations et autres poids de cette chienne de vie, Mark Dixon court après ses démons, le tout avec la pression de ses supérieurs...
Polar très classe, avec parenthèse gastronomique pittoresque, là où le trottoir finit, là où commence la perdition, Otto Preminger, sur un scénario de Ben Hecht, nous livre un condensé noir de chez noir, il ne manque que la femme fatale.
Distribution impeccable, en plus des acteurs cités au-dessus, errent dans l'ombre Karl Malden, Neville Brand et sa gueule de truand, Bert Freed...

Le film se regarde, la nuit de préférence, en apnée, sans cligner des yeux.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire