11 janv. 2014

Spider (2002) David Cronenberg


Spider est le surnom donné à Dennis Clegg (Ralph Fiennes) par sa mère (Miranda Richardson). Dennis sort de l'asile et va loger dans un immeuble spécialisé, tenu par Mrs Wilkinson (Lynn Redgrave) seulement les faubourgs londoniens où est situé l'immeuble est très proche de l'endroit où il vivait enfant. Dennis va se remémorer peu à peu les événements qui ont conduit à son internement.

Spider fait partie de ces films qui vous emmènent tout droit dans des cerveaux malades, là où le spectateur cherche à tisser entre les scènes des liens rationnels alors même que la narration est produite par un personnage perturbé. Aussi avons-nous droit à deux traitements, soit le scénario vous permet d'en sortir, d'en voir les aberrations soit l'on reste enfermé,prisonnier d'un univers incohérent et faux. 
Le film penche pour la première solution, nous aurons l'explication, pas toutes les données, mais l'essentiel est dévoilé, ce qui n'empêche pas le film d'être fascinant.
La composition de Fiennes est impressionnante, d'ailleurs heureusement que les sous-titres sont là car il marmonne constamment des séquences de mots incompréhensibles, je suis paresseux, je ne l'ai pas fait mais j'imagine que le doublage a été délicat. 
Le film n'est pas séduisant pour deux sous, rien n'est fait pour amener le spectateur dans un monde où la beauté réside, nous restons plongés avec Spider et ses différentes visons incarnées devant nous par son cerveau. Il mène l'enquête, il souffre, il tente de s'échapper de sa prison et ce qu'il va trouver ne va pas lui plaire.
Miranda Richardson est excellente, Gabriel Byrne (qui joue le père) également, ils forment avec Fiennes un trio qui nous captivent et nous emmènenyt faire un tour de l'autre côté du miroir.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire