8 févr. 2014

Une femme douce (1969) Robert Bresson


Naissance et mort d'un couple.
Premier film en couleurs de Robert Bresson, premier film de Dominique Sanda, c'est un récit inspiré de Dostoievski.
Luc (Guy Frangin) rencontre une jeune femme (Sanda). Propositions renouvelées puis mariage. Elle porte en elle une douleur qu'il n'arrive pas à atteindre. C'est un couple où la rencontre ne se fait pas. 
Le récit est un flash-back où le mari s'interroge sur les raisons qui ont conduit l'épouse au suicide. L'appartement où l'on veille le corps ne livre aucun secret.
Couleurs froides, répliques dites d'une voix blanche, les émotions restent à l'intérieur, rien n'est recueilli chez l'autre. Bresson film chaque geste, chaque objet d'une manière qui les isole, qui leur donne une intensité et une solitude.
C'est beau, austère, presque spectral.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire