27 mars 2014

Bend of the River / Les affameurs (1952) Anthony Mann


Ode à la nature, celle où l'homme serait en harmonie avec le monde, éloigné de toute tentation, éloigné de l'or, de l'alcool, de la violence, Bend of the River, après une introduction assez manichéenne plonge dans le mystère, le secret que détiennent Glyn McLyntock (James Stewart) et Emerson Cole (Arthur Kennedy), deux as de la gâchette et développent ensuite davantage de nuances.
La question centrale est celle de la rédemption, est-ce qu'un homme peut changer ?

Rien de tel que les paysages de l'Oregon, que des chercheurs d'or, des fermiers et des escrocs pour convoiter des provisions devenues vitales à cause de l'hiver qui est imminent, toutes les conditions sont réunies pour confronter les personnages à leurs vices et à leurs vertus. Se révèlent alors les généreux, ceux pour qui le profit matériel n'est rien, ce sont les Capt'ain Mello (Chubby Johnson) et Adam (Stepin Fetchit), son second, ceux dévoués à la cause commune emmenés par Jeremy Baile (Jay C. Flippen) et les autres, les cupides, les faibles (dont Royal Dano qu'on aime beaucoup). McLyntock et Cole sont à la frontière, les femmes, l'argent sont à leur portée, une vie simple et heureuse ou la quête de ce qui brûle.

Encore un superbe western, profond et généreux, servi par un art du cadrage, des espaces et des acteurs attachants.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire