6 mars 2014

Only Lovers Left Alive (2013) Jim Jarmusch


Les vampires de Jim Jarmusch ne sont pas doux, ils veulent juste être tranquilles. Enfin ces deux-là, Adam (Tom Hiddleston) et Eve (Tilda Swinton, d'une beauté diaphane), car d'autres n'ont pas fini leur crise d'adolescence, comme Ava (Mia Wasikowska) qui aiment encore à fréquenter les zombies, les autres, les hommes, les mortels.

Marlowe (John Hurt) est de la trempe des discrets, ceux qui ont acquis une telle connaissance que seule la beauté devient leur drogue et la beauté ne fait pas de bruit, elle n'a pas besoin de se manifester, de s'exhiber. Ainsi la demeure discrète d'Adam est davantage un temple dédié à la connaissance, au son, c'est son trip...
Les connaissances accumulées sont la voie qui leur permet de goûter le monde lentement car le temps est un luxe qu'ils peuvent se permettre et la connaissance exige l'écoulement du temps.

Mais cela ne suffit pas pour tout un film, dommage car j'aime beaucoup la lenteur de ces choses. 
La venue d'Ava distrait un temps le spectateur (son "Sorry !" ensanglanté est délicieux). Reste la réunion de ces deux esthètes, Eve étant la plus réfléchie, la plus intelligente des deux, celle qui a encore envie de survivre. Celle surtout qui arrive à percevoir la beauté des choses, de la Nature, ce qu'Adam n'arrive plus à faire. Son objectif est d'arriver à faire en sorte qu'il la perçoive encore car sans elle la vie ne vaut d'être vécue.
Elle peut surgir au coin de la rue, avec quelques notes qui proviennent d'un bar, à Tanger ou d'un luth renaissance ou encore d'un couple qui s'aime, la nuit.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire