5 mars 2014

Tôkyô no kôrasu / Le choeur de Tokyo (1931) Yasujirô Ozu


Shinji Okajima (Tokihiko Okada) choisit mal son moment pour défendre un vieux salarié sur le point d'être licencié car c'est le jour de la prime annuelle et ses enfants lui ont passé commandes. Se faisant il se fait virer et rejoint la longue file de chômeur.
La période économique est difficile, Herbert Hoover est pointé du doigt et le père de famille doit se résigner aux petits travaux. Il va alors rencontrer un ancien professeur qui va lui venir en aide...

Le film commence comme une comédie qui lorgne férocement sur le burlesque, Chaplin est présent dans de nombreuses scènes mais peu à peu c'est la peinture douce-amère de la vie d'une famille moyenne qui se dessine avec ses moments drôles (Hideo Sugawara est excellent, c'est le jeune interprète du fils qui fait ses colères)  mais aussi les moments difficiles, comme savait le faire Chaplin également. Ozu navigue entre comédie familiale et comédie sociale avec aisance et le rire succède à l'émotion, la tendresse.
Le final est un ode à la solidarité, en combinant le talent des uns et des autres la réussite et l'harmonie éclosent.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire