5 avr. 2014

Margin Call (2011) J.C. Chandor


Une puissante firme financière en plein Wall Street, acheter, vendre, des employés brillants, des salaires importants, un univers éprouvant.
Le film débute par une série de licenciements, les exécutifs écrèment, de la peur puis la satisfaction d'être resté là, un investissement personnel accru.
Un cadre important (Stanley Tucci the great) glisse une clé USB à son subordonné avant de partir, cartons emplis de ses effets personnels en main (cette séquence vaut à elle seule la visite), ce dernier se rend compte que les chiffres transmis révèlent des actifs problématiques qui peuvent nuire à très court terme à l'entreprise. l'employé sonne l'alerte, c'est la fin de journée.
Ce qui s'enclenche est une sorte de mécanisme qui va convoquer les différents niveaux hiérarchiques un à un jusqu'à une réunion ultime dans la nuit.

Vu de l'intérieur, nous jubilons un peu, aux côtés de Peter Sullivan (Zachary Quinto), de pouvoir déceler une faille, d'être pris en considération par ses supérieurs, de pouvoir même les fréquenter et prendre la parole devant eux. C'est le mortel qui s'adresse aux Dieux, au sommet de la Tour. Tout ceci fonctionne à la perfection, l'écriture, les scènes, le tempo distillent une intensité formidable.
Vu de l'extérieur, ce sont des créatures enfermées dans leur monde, qui n'ont aucun contact avec l'extérieur, ils sont seuls, ont beaucoup d'argent mais, comme Sam Rogers (génial Kevin Spacey), ils n'ont pas accès au bonheur, l'enterrement de la chienne est une autre scène qui frappe par sa beauté, la détresse profonde qu'elle contient, celle de l'ascenseur avec l'agent d'entretien, en est une autre, le film aligne les scènes d'anthologie avec la régularité d'un chef d'oeuvre.

J.C. Chandor signe le scénario et la réalisation, c'est son premier film et il dégage une maîtrise à la hauteur de l'interprétation (tous les acteurs sont grandioses, ceux cités ci-dessus et les autres, Jeremy Irons, Paul Bettany, Simon Baker, Demi Moore, Penn Badgley) et des enjeux de l'histoire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire