10 avr. 2014

Murphy's Law / La loi de Murphy (1986) J. Lee Thompson



Pour aimer ce film, il faut obligatoirement avoir de la sympathie pour Charles Bronson. Non pas parce que son personnage a une déveine incroyable, Murphy sort faire les courses et se fait voler sa tire, et ce alors même que sa femme l'a quitté pour aller montrer ses fesses dans un club de strip-tease. Mais cela n'est rien, un dossier ancien (Murphy est flic) remonte à la surface, une femme se met à trucider tous les policiers et magistrats en lien avec son affaire, naturellement Murphy est au bout de la liste.
Seulement Murphy a une devise : "Don't fuck with Jack Murphy !".
Même les abrutis des salles obscures qui se goinfrent de sucreries l'apprendront car la devise est répétée deux fois.

Synthé de rigueur, répliques mémorables, sprints dans tous les sens, Murphy's Law n'a rien pour lui si ce n'est Bronson et les éléments cités ci-dessus, qui peuvent, pour des cinéphiles déviants, conserver un certain charme.
Le final se déroule dans le Bradbury Building de Los Angeles, les fans de Ridley le connaissent, il donne au final un écrin qui agrémente délicieusement l'ensemble.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire