6 mai 2014

Between Heaven and Hell / Le temps de la colère (1956) Richard Fleischer


Le sergent Sam Gifford (Robert Wagner) est marié à la fille d'un colonel. Il est propriétaire de plantations de coton dans le Sud, a de l'argent et ne comprend pas que le mépris qu'il a pour ses employés irrite son épouse. 
1945, Gifford est mobilisé dans le pacifique et se retrouve parmi ses employés avec qui il sympathise. Un officier terrorisé commet l'irréparable en tuant par erreur plusieurs des nouveaux amis de Gifford, ce dernier le frappe et se retrouve dans un camp disciplinaire dirigé par Waco (Broderick Crawford), un supérieur assez étrange.

Pour son premier et unique film de guerre Fleischer ne donne pas entièrement dans le spectaculaire, si nous trouvons des scènes de combat, de bravoure dans le film, là n'est pas l'intérêt. La psychologie de Gifford est davantage mise en avant, la manière dont il se rend compte de l'humanité de ses frères de combat est l'élément central du film : nous l'avons déjà lu, la guerre rapproche les hommes et abaisse les barrières sociales, ce n'est pas une vérité générale mais elle a souvent été vérifiée.
Cette prise de conscience est doublée d'un autre thème : la peur. Fleischer montre à plusieurs reprises Gifford en proie à une terreur panique, ce n'est d'ailleurs pas le seul, les personnages qui auraient été pointés comme les vilains de l'histoire ont ici une humanité, une faiblesse remarquée, c'est le lieutenant qui fusille par mégarde les camarades de Gifford mais c'est aussi Waco.

Le personnage de Waco est assez complexe, régnant avec autorité et despotisme sur le camp, il aime à s'entourer de blonds californiens aux corps musclés et tannés par le soleil, il parle à tout va de sa femme qui n'existe que dans son esprit. Son homosexualité refoulée le rend touchant et lors de sa destitution, il fait montre d'une intelligence qu'il n'avait pas révélée lors des scènes précédentes.

Between Heaven and Hell est un film de guerre qui occupe une place importante loin des démonstrations viriles d'autres productions plus académiques.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire