27 sept. 2014

Hôtel Terminus (1988) Marcel Ophüls


Quatre heures et demi d'une enquête magistrale, Marcel Ophüls ne se contente pas de faire le portrait de Klaus Barbie, il dresse également le portrait de toute une époque, et pas seulement le Seconde Guerre mondiale.
L'enfance de celui qui deviendra un barbare nous est contée en passant par ses responsabilités à la Gestapo de Lyon jusqu'à son retour à Lyon. Ophüls s'attarde longuement sur l'épisode Jean Moulin et les conflits internes de la Résistance mais ne s'arrête pas là. La manière dont les américains ont exfiltré Barbie avec l'aide de l'Eglise, la lutte contre le communisme aidant, l'aide active apportée par Barbie aux paramilitaires boliviens puis son arrestation et son procès, tout est détaillé avec acuité.
Ophüls est un homme attachant, ses questions, son air faussement naïf, sa façon d'emmener ses interlocuteurs là où ils ne veulent pas aller.
Un portrait humain et monstrueux d'un homme plongé dans l'histoire et la bassesse, où l'on voit que le mal développe ses tentacules une à une ; sadisme, cruauté, escroquerie, jusqu'au bout...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire