23 nov. 2014

La French (2014) Cédric Jimenez


C'est d'abord l'agacement qui domine, la reconstitution est bonne, voitures d'époque, moustaches, tout y est cependant l'exercice de style scorsesien est trop évident ; ce n'est pas le seul film qui succombe à la tentation... 
Ce n'est que lorsque Jimenez calme le jeu, que les mouvements se font plus lents, que le jukebox cesse de jouer à tout rompre que le film happe le spectateur, que lorsqu'il fait exister ses personnages et leur laisse du temps et de l'espace. Là l'émotion surgit, les corps existent, le récit gagne en densité. Heureusement car sans cela la lassitude aurait gagné. L'on comprend le désir de plaire mais avant tout il faut exister. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire