28 juin 2015

Jurassic World (2015) Colin Trevorrow


C'est reparti pour de l'action en mode dinosaure. L'histoire ne présente pas un intérêt particulier, les acteurs ne se démarquent guère de l'ensemble mais le produit présenté surprend par la violence de certaines scènes, je pense surtout à la séquence des bestioles volantes, la jubilation sadique est à l'oeuvre, ce qui n'est pas pour me déplaire. Je pensais consommer mon popcorn avec plus d'ennui, je fus ravi d'avoir été happé par ce morceau hitchcockien. L'usage de la 3D était plus naturel que d'habitude. En somme un divertissement correct.

(Salle-vo 3D)

Big Hero 6 (2014) Don Hall & Chris Williams


Big Hero 6 est un dessin animé passionnant ayant pour sujet la robotique. J'ai été agréablement surpris par l'intelligence et la finesse dispensées dans le premier tiers du film. La suite m'a semblé plus convenue mais je suis resté captivé par le charme du récit.

(dvd-vo)

9 juin 2015

Top of the Lake (2013) Jane Campion


La simple mention du nom de Jane Campion associée à une série suffit à déchaîner l'enthousiasme. Alors pourquoi avoir attendu aussi longtemps avant d'y plonger ? Parce que j'ai l'enthousiasme lent et j'aime à attendre de goûter aux bonnes choses.

La disparition d'une jeune fille enceinte dans un village contrôlé par un mâle alpha est l'intrigue principale de cette mini-série pleine de testostérones. Seulement c'est Jane Campion qui écrit et qui dirige. Cést la raison pour laquelle les femmes sont présentes, de la détective à la gourou newage qui se lasse de sa suite, c'est une impressionnante série de portraits qui se peignent sous nos yeux. La chair, les paysages, les couleurs, le monde devient sensible et l'horreur, la violence se mêlent à la douceur, la beauté. 

Ce ne sont que sept épisodes mais sept qui nous tiennent en haleine, qui nous passionnent et nous émeuvent.

2 juin 2015

Surfwise (2007) Doug Pray

.


Doc Paskowitz est une sorte de légende parmi les surfeurs. Il a surfé jusqu'à ce qu'il ne puisse plus le faire, c'est-à-dire jusqu'à sa mort. Ce documentaire retrace son histoire.
La première partie présente le personnage, car c'est un réel personnage, arrêtant sa carrière de médecin pour partir vivre sur la route avec sa femme et ses neuf enfants. Sa religion est l'océan, l'océan et ses vagues pour surfer. Mais pas seulement, il est juif et pratiquant. Il refuse d'inscrire ses enfants à l'école et les éduque comme des petits animaux, aussi près de la nature possible. Ils vivent tous dans un petit camping car, stationnant d'une plage l'autre. Le discours de cet homme est puissant, humour et sagesse se conjuguent avec simplicité et charisme.
Cependant la seconde partie nous dévoile les coulisses, la violence d'un homme qui tyrannise ses enfants, les ligue les uns contre les autres, les écarte du monde, leur impose sa volonté. C'est alors le portrait d'un fou, d'un Balthazar Claës à la recherche de son absolu, entraînant dans sa quête sa famille, les marquant pour toujours. Ce n'est pas le happy end qui viendra prouver le contraire. Cette famille existe mais elle contient tous les rêves et les contradictions du rêve américain.