28 sept. 2015

Bob le flambeur (1956) Jean-Pierre Melville


Bob le flambeur. Truand retiré des affaires mais totalement dépendant de ce frisson, ce vertige qu'aiment à ressentir ceux de son espèce. 
Comme dans les grands films, les truands et les femmes, celles que l'on protège et celles qui vous protègent. Le destin fait que ce sont rarement les mêmes, il en est ainsi.
Melville sublime le récit, en fait presque une tragédie, nous entraîne dans des sentiers connus et fort joliment contés jusqu'à un certain point : celui qui nous avait échappé ou que nous avions oublié. Alors viennent les délices de la fable, nous sommes ravis, heureux de nous laisser happer dans la beauté.
Il y a beaucoup d'amour dans ce film, comme celui d'Yvonne et de l'intelligence. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire