6 avr. 2016

The Man Whose Mind Exploded (2012) Toby Amies


Tony est gay. Plusieurs accidents l'ont handicapé, ainsi il n'a plus de mémoire, il vit totalement dans le présent. Ses proches lui rendent visite, s'occupent de lui...

Toby vit dans un petit appartement, c'est un excentrique qui vit sa vie comme il l'entend, loin des contingences matérielles. Des notes, cartes postales, images pendent de son plafond, sont accrochées aux murs, s'entassent dans les moindres recoins. Ses amis, sa famille s'inquiètent car parfois il disparaît mais lui n'en a cure. Il vit dans une sérénité, une paix intérieure que rien ne peut réellement perturber.

C'est un être adorable que l'on ne peut comprendre. Sa manière de vivre dans le monde est pure et force l'admiration.
Ce documentaire est émouvant car il rend compte de la qualité de ce personnage, il rend compte également de l'impossibilité à le comprendre, à l'atteindre dans ce détachement absolu. 

3 avr. 2016

Batman v Superman : Dawn of Justice (2016) Zack Snyder


Non, vraiment, je n'aurais pas dû y aller. Que Batman et Superman ne soient pas d'accord et s'envoient des pains à détruire le béton autour d'eux ne m'intéresse pas, pas plus que le monstre visqueux sans sexe qui vient les divertir. Je ne connais rien à l'univers BD dont sont issus ces personnages et les deux acteurs choisis pour les incarner serrent les mâchoires pour affirmer leur colère, leurs démons et m'empêchent d'éprouver un quelconque intérêt. Les longues séquences de combat me donnent l'impression d'être devant un écran de jeu video mais, encore une fois, je ne connais pas cet univers, celui des jeux video.
Je devrais simplement m'abstenir.

Killing Them Softly (2012) Andrew Dominik


Polar plutôt plaisant, qui vaut surtout par une belle distribution même si Brad Pitt ne trouve pas la bonne tonalité, je ne le trouve pas convaincant. Ses répliques sont cinglantes, elle me font parfois penser à Denis Hopper dans Blue Velvet mais rien ne dérange dans ce que Pitt dégage. Le charabia politique qui surcharge le film et quelques effets visuels inutiles sont de trop. Dommage, l'impression de passer devant quelque chose qui aurait pu être plus simple et plus solide.