17 août 2016

Demolition (2015) Jean-Marc Vallée


Je suppose que j'ai pris le mauvais chemin, pas du tout dans le film. Toutes les émotions véhiculées par les acteurs ont glissé sur moi. Je me demandais comment faisaient-ils pour simuler la joie, la tristesse. Je suivais le récit en n'y croyant pas une seconde. Comme si l'on me dictait les émotions que je devais ressentir. Platitude. L'impression de voir un cinéaste essayer, essayer, essayer...
J'avais même de la gêne pour les acteurs. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire