24 mai 2017

Cidade de Deus / La cité de Dieu (2002) Fernando Meirelles, Katia Lund


Les gangs dans les favelas, comment l'on y meurt, comment l'on y règne, comment en sort-on.
C'est clipesque, cela se veut violent mais le style retire toute dramatisation au propos qui souligne pourtant la véracité des faits. A la limite de l'ennui.

Philomena (2013) Stephen Frears


Classique et rondement mené, Philomena dresse le portrait des petites gens, en l'occurence une femme qui décide de retrouver l'enfant que des religieuses lui ont retiré. Le couvent irlandais recueillait les filles-mères et vendaient leurs enfants à des américains fortunés. Un journaliste sur une voie de garage s'empare de l'histoire et part avec elle enquêter. 
Ce n'est pas transcendant mais les acteurs sont bons et l'histoire est digne d'intérêt. Je regrette seulement une espèce de routine, de ronron dans la réalisation, des plans qui sont un peu évidents, je pense à la pomme qui tombe, aux flash-backs à la fenêtre... 

23 mai 2017

The Wizard of Lies (2017) Barry Levinson


L'affaire Madoff sidère, de la même manière que l'affaire Romand. Il y a le mensonge et la capacité à en tenir toutes les ramifications des années durant jusqu'à l'inéluctable. Les deux personnages sont des psychopathes dans la mesure où l'empathie est une notion qui leur est totalement étrangère. Levinson va vite pour brosser le portrait et le système de l'escroc Madoff. Trop vite ou alors pas assez dans la psychologie même du personnage. De Niro fait le boulot mais il faut noter que le propos est centré sur la sphère familiale de Madoff, notamment ses deux fils. Du coup les attentes sont déçues en dépit de l'éclairage donné sur le point évoqué ci-dessus. 

Bob and the Trees (2015) Diego Ongaro


Film sur le quotidien difficile d'un bûcheron qui possède également une ferme. Premier long d'un réalisateur qui promet, qui sait prendre le temps de filmer autour de ses personnages, qui sait également leur donner de l'ampleur, de la respiration. Beau film sur l'abnégation, sur la force intérieure.

19 mai 2017

Dheepan (2015) Jacques Audiard


Dheepan est un immigré du Sri Lanka, ancien soldat, il fuit la guerre et arrive dans une banlieue française tenue par des dealers. Il se satisfait de son emploi de concierge. C'est avec une femme et une enfant qu'il s'installe, lesquelles ont quitté le pays avec lui mais aucun lien réel ne les unit si ce n'est l'opportunité de commencer une nouvelle vie.

C'est un film extrêmement original que nous livre Audiard, je pourrais aller voir sur la toile les raisons qui l'ont poussé à l'écrire à plusieurs mains mais je ne le ferai pas. Me suffisent la force du propos, l'immersion hyper réaliste des lieux, la sensibilité de ces acteurs non professionnels. 

16 mai 2017

You and Me (1938) Fritz Lang


UCLA Film & Television Archive - Copie 35 mm, nitrate d'origine.

Joie de voir ce film assez rare dans une très belle copie.
Le film surprend car si nous connaissons un peu Fritz Lang, nous ne nous attendons pas à cette tonalité, à ce mélange des genres. Le film fut un flop et mit un terme au contrat qui liait le réalisateur à la Paramount.
La trame principale du récit est la volonté de Joe (George Raft), un ancien détenu, de réussir dans la vie et de réussir sa vie. Le premier objectif est atteint car il travaille chez Morris (Harry Carey) qui dirige un grand magasin et qui tient à y employer d'anciens détenus afin de leur donner une chance de réinsertion. Nous tenons là la veine sociale chère à Fritz Lang. Le second réside en les sentiments qu'il ressent pour Helen (Sylvia Sydney qui signe son troisième film avec Lang), une autre employée de Morris. Il lui a de suite indiqué qu'il sortait de prison et désire l'épouser.

L'ensemble tient de la comédie, l'on rit souvent et la légèreté est de mise. S'ajoute à cela des séquences qui relèvent de la comédie musicale, une chanson voire des passages clipés dont la musique a été composée par Kurt Weill, morceaux qui sont agréables à suivre et dont le montage est digne d'intérêt.
Joe est rattrapé par son passé car ses anciens camarades de prison font toujours partie du milieu et veulent le voir revenir aux affaires. D'autres séquences relèvent alors du film noir et certaines sont d'un expressionnisme admirable, pensons à celle qui se passe en prison et qui vit arriver un nouveau détenu. Toute la bande est interprétée par des gueules succulentes : Robert Cummings, Barton MacLane, Roscoe Karns, George E. Stone, Warren Hymer, Kit Guard, Ernie Adams... Cette équipe fait le sel du film.

Des séquences de haute tenue parsèment le film, les logeurs qui hébergent Helen, la séquence de la lune de miel, le système de communication des truands, la leçon donnée aux truands par Helen dans le rayon jouets.
Il ne nous semble pas que le film ait une excellente réputation, c'est fort regrettable.

14 mai 2017

The West (1996) Stephen Ives


Si vous avez toujours eu envie de plonger dans l'Ouest américain, celui des pionniers, des fous qui partaient à l'aventure, à la découverte des grands espaces, si vous voulez ressentir ce que peut procurer la vie en ces lieux, si vous voulez avoir un véritable regard sur ce que les Indiens sont, sur la manière dont ils ont été traités par l'homme blanc, si vous voulez vivre la construction du chemin de fer qui relie deux océans, si vous voulez découvrir la véritable histoire et laisser de côté la légende, alors ce documentaire de neuf heures est pour vous. Fi du sensationnel, place qui documents, à la parole, aux historiens et à l'Ouest, le vrai. Addictif.

Big Little Lies (2017) Jean-Marc Vallée


J'ai pris beaucoup de plaisir à regarder cette série, d'abord grâce aux dialogues, en particulier ceux écrits pour le personnage interprété par Reese Witherspoon, ensuite grâce aux acteurs, le quatuor féminin, Witherspoon, Kidman, Woodley et Dern, est réjouissant, enfin le scénario, ces déchirures entre ego disent beaucoup sur ce que l'on doit accomplir au regard des autres en dépit des faiblesses cachées, des peurs qui toutes nous rassemblent.
La réalisation est parfois un peu clipesque, cèdant à l'esthétique facile mais la force de l'histoire et de ses personnages l'emportent.

2 mai 2017

The Road (2009) John Hillcoat


Un père et son fils tentent de survivre dans une Amérique post-apocalyptique. 
Le film baigne dans des tons beiges, grisâtres, aucune lueur d'espoir ne vient contrebalancer la morbidité de leur environnement. la nourriture est difficile à trouver et le cannibalisme est une option qui devient la norme. Reste alors la transmission de valeurs, "Are we the good guys?", ce qui rattache l'homme à son humanité, ce qui le préserve encore. Le père (Viggo Mortensen) s'accroche fermement à ce dernier rempart, aidé par l'innocence intrinsèque de son fils, l'innocence des enfants dont parle Victor Hugo dans "Les misérables". 

27 avr. 2017

L'adversaire (2002) Nicole Garcia


L'affaire Romand, dans ses détails, est assez fidèlement représentée mais ce n'est pas suffisant pour en faire un bon film. Garcia a adopté un parti pris narratif que l'on peut discuter, cette construction en flash-back ne me convainc pas réellement, elle parait assez artificielle, surtout si l'on connait le sujet. En revanche la tonalité du film, son rythme m'ont emballé notamment les séquences récurrentes où Romand est en voiture, passant ses journées sur les aires de repos d'autoroutes, dans des cafétérias glauques. Ces espaces qui sont essentiellement des espaces de transit deviennent pour le personnage des lieux de vies et la beauté en est absente. Je trouve Auteuil convaincant, notons également la présence bienvenue des plages synthétiques dépressives de Badalamenti.

19 avr. 2017

Blue Ruin (2013) Jeremy Saulnier


Au début nous suivons un clochard. Assez organisé, discret. Un flic vient lui apprendre que l'assassin de ses parents va sortir de prison, il va se venger.
Film réaliste, classique dans la mesure où la réalisation ne se perd pas dans les effets inutiles. C'est avec plaisir que l'on plonge avec le personnage dans cette quête sanglante. Tous les éléments ne sont pas expliqués de suite, c'est une portion de vie qui nous est donnée, telle qu'elle pourrait se passer, avec ses silences et ses moments d'explosions. Un film percutant et intense.

18 avr. 2017

Juste la fin du monde (2016) Xavier Dolan


Un homme revient chez lui après une longue absence dans l'intention d'apprendre à sa famille sa mort à venir.
Des passages redondants, hystériques et assez pénibles, d'autres téléphonés cependant la magie opère par moments, donnant au film un souffle irrégulier.

La loi du marché (2015) Stéphane Brizé


Un chômeur (Vincent Lindon) tente de joindre les deux bouts. 
Rien de réjouissant dans ce récit d'une lutte quotidienne, l'individu tente de ne pas être broyé dans un monde qui manque de chaleur, de compassion et de beauté. La vraie vie pour certains, telle qu'elle se déploie, implacable, violente. Belle plongée réaliste qui nous donne envie de respirer un air plus pur.

Cave of Forgotten Dreams (2010) Werner Herzog


Herzog a accès à la grotte Chauvet et nous fait partager la dimension totalement unique de l'endroit.
Des dessins de plus de 30 000 ans sont intacts, la magie opère intensément.
Il est passionnant et émouvant de se mettre dans les pas de ces hommes venus projeter sur la roche l'univers qui les entouraient alors, de percevoir les signes de leur spiritualité, de leur manière d'entre en contact avec les mystères du monde.

The Confessions of Thomas Quick (2015) Brian Hill


Suède. Au sein de la tranquillité d'un asile, un patient, au cours de ses nombreuses séances de thérapie, se met à avouer des meurtres où la pédophilie se mêle au cannibalisme.
Le parti-pris narratif de ce documentaire est intéressant, il témoigne de la puissance de la parole et de l'écoute aveugle de ceux qui la reçoivent, plus encore de la légèreté pour ne pas en dire davantage des professionnels qui entouraient cet homme singulier. 

16 avr. 2017

Metallica : Some Kind of Monster (2004) Joe Berlinger & Bruce Sinofsky


Trois ans avec Metallica ou comment un groupe qui a vendu des millions d'albums tente d'en créer un nouveau, sans bassiste, avec un membre qui part en cure de désintoxication...
L'ego, la vie de famille, le besoin de créer, le tout sous la supervision d'un psy et du producteur de l'album.
Intéressant.

15 avr. 2017

Five Came Back (2017) Laurent Bouzereau


Laurent Bouzereau est connu pour réaliser des suppléments de qualité qui complètent admirablement les éditions DVD / BR de nos films préférés. Il réalise ici un documentaire qui relate la manière dont Hollywood a gérer la Deuxième Guerre mondiale à travers cinq réalisateurs qui se sont engagés : John Ford, George Stevens, Frank Capra, William Wyler et John Huston. Chacun à leur manière. 
Francis Ford Coppola, Steven Spielberg, Guillermo del Toro, Paul Greengrass et Lawrence Kasdan viennent sont les intervenant de luxe qui viennent faire la causette devant la caméra.
Les images d'archive sont excellentes et la mise en contexte de cette période est remarquablement faite.

6 avr. 2017

Hell or High Water (2016) David Mackenzie


Superbe scénario qui traite une réalité économique sous un angle original. Deux frères braquent des banques avec un rythme  qui peut ressembler à une frénésie suicidaire, leurs motivations sont peu à peu dévoilées et le récit gagne en intérêt. Le traitement du duo de rangers donne au film la légèreté nécessaire pour diluer la lourdeur de la trame principale.
Tourné en Arizona et au Nouveau Mexique, c'est un polar moderne qui conserve la tradition sociale du genre inscrit dans des décors frappés par un soleil permanent. 
Le conflit entre la loi officielle et celle morale, implicite et plus ancienne, tension que l'on retrouve dans de nombreux westerns, est parfaitement illustré ici.

30 mars 2017

Sacro GRA (2013) Gianfranco Rosi


Le GRA est le périphérique qui entoure Rome. Rosi filme divers individus qui tous, gravitent, autour de cet axe en mouvement perpétuel et accrochent à son tableau de chasse de magnifiques portraits emplis de vie. C'est l'extraordinaire dans l'ordinaire qui est chanté ici, la sublimation du banal, de ce qui l'est moins, des rapports humains. La grandeur d'un réalisateur est de nous montrer le monde, de l'offrir à nos regards sous un jour nouveau ou sous son authenticité, documentaire ou pas. A la vue de son travail nous pouvons affirmer que Rosi est grand.

26 mars 2017

O. J. : Made in America (2016) Ezra Edelman


Un conte tragique épique qui narre la grandiose conquête de l'Amérique par un jeune athlète à qui tout réussit, son ascension, sa gloire puis son narcissisme, sa folie et ses crimes. Ce documentaire de près de huit heures peint un destin individuel à la croisée de la question raciale au coeur de l'actualité américaine. L'absurde compose avec l'irrationnel, fruits des déviances humaines où la justice peine à se frayer un chemin. 

Fuocoammare, par-delà Lampedusa (2016) Gianfranco Rosi


Lampedusa accueille une bonne partie de la misère du monde. Hommes, femmes, enfants arrivent par bateaux, embarcations plus ou moins précaires qui les étouffent, les brûlent, les noient avant même parfois qu'ils voient cette terre attendue. Rosi filme les secours italiens, l'assistance qui leur est donnée. Mais pas seulement. Comme dans Below Sea Level, il prend le temps de filmer et montre le quotidien des habitants, pas seulement ceux qui sont en lien avec les réfugiés. Ainsi voit-on un enfant, fils de pêcheur, fabriquer son lance-pierre pour tuer les oiseaux et finir par en caresser un, ainsi voit-on son père, sa mère, à la pêche en mer, préparer le repas. D'autres aussi, un animateur radio, sa tante qui l'appelle pour qu'il passe des chansons, un nageur qui collecte les oursins, le médecin chargé de faire les autopsies des cadavres...
Il y a la vie de ces réfugiés, leurs pertes, ce qu'ils fuient et il y a celle des habitants de l'île qui semblent hantés par une angoisse. Derrière les gestes simples on devine l'anxiété, l'angoisse, tous les échos d'un monde chaotique qui vient se rappeler à eux chaque jour.
Voici un documentaire qui évite le sensationnel, le bruit pour atteindre une vérité chargée d'émotions, pour montrer les gens tels qu'ils existent, tels qu'ils vivent.

8 mars 2017

Rectify (2013 - 2016) Ray McKinnon


Daniel Holden (Aden Young) sort de prison après 19 ans, une analyse d'ADN l'ayant disculpé. Il revient auprès des siens.

Le rythme de la série peut rebuter, la lenteur est une vertu cardinale. Holden doit s'adapter à une réalité qu'il ne connaît pas, ayant été enfermé dans le couloir des condamnés à mort. Il passe de la solitude à la vie en société, sans compter que nombreux sont ceux qui lui en veulent et désirent le renvoyer entre quatre murs. 
C'est toute une communauté qui est décrite et chacun de ses membres évolue au fil des épisodes. L'ensemble est passionnant et intense, comme un excellent roman.

6 mars 2017

Reality (2014) Quentin Dupieux


Un cameraman (Alain Chabat) soumet un projet de film à un producteur. Un projet entre Scanners et Videodrome. Le producteur lui impose de trouver un cri génial, celui que doivent produire les victimes des téléviseurs émetteurs d'ondes fatales. Il a 48 heures pour le faire. Suit une descente aux enfers dans une tonalité hybride entre Lynch et Tati.
Souvent drôle. C'est déjà beaucoup.

1 mars 2017

Phil Spector (2013) David Mamet


"I have no trouble with the Beatles."

Phil Spector, le producteur légendaire, est accusé d'avoir tué Lana Clarkson dans sa vaste demeure. Il prétend que c'était un accident.
Le scénario se concentre sur la relation que Spector entretient avec son avocate durant la préparation de son premier procès.
Il ne reste pas grand-chose de ce film, Pacino cabotine, tout emperruqué, et Mirren fait le job... L'ambiguïté persiste entre la culpabilité d'un homme violent, colérique et égocentrique, vaniteux et l'innocence d'un homme différent, reclus dans sa riche propriété. Je dois dire que je n'arrive pas à m'intéresser à son sort. Dommage, le projet était excitant.

28 févr. 2017

Tomboy (2011) Céline Sciamma


C'est un beau film, sensible, réaliste que signe Céline Sciamma. Sur un sujet délicat, celui de l'identité sexuelle, la question du genre, traité, pour ajouter une difficulté supplémentaire, du point de vue d'un enfant, Laure préfère revêtir les atours d'un garçon. 
A aucun moment le film ne tombe dans la facilité ou le cliché, l'interprétation, la place laissée aux personnages permettent à la chronique de s'installer, à la réalité de s'inscrire sur l'écran. Au final, Sciamma réussit à nous faire comprendre ce que cela peut être de se sentir un(e) autre et l'on a simplement envie que Laure/Mickaël trouve sa place parmi les autres.

27 févr. 2017

Going Clear : Scientology and the Prison of Belief (2015) Alex Gibney


Documentaire édifiant sur les origines de la scientologie ou comment l'esprit dérangé de L. Ron Hubbard a produit un monstre pour s'enrichir. D'anciens cadres importants dans l'organisation témoignent et révèlent la véritable cupidité qui meut l'entité. Nous en apprenons beaucoup sur ses méthodes, sur les dégâts subis par les adeptes, sur leur vitrine à savoir Travolta et Cruise et la manière dont ils sont utilisés. Effrayant.


26 févr. 2017

The White Helmets (2016) Orlando von Einsiedel


De simples civils syriens ont formé une brigade de secours, les casques blancs, qui intervient le plus rapidement possible sur les zones civiles bombardées par les avions russes, alliés de Bashar al-Assad.
L'on comprend mieux pourquoi les civils tentent de fuir la Syrie. Le documentaire est assez court mais son impact est efficace, ce sont des hommes et des femmes inexpérimentés qui font ce qu'ils peuvent avec peu de moyens. 

Split (2016) M. Night Shyamalan


La jeunesse n'a pas de chance, en plus des traumatismes subis durant l'enfance notre héroïne tombe dans les bras d'un psychopathe aux multiples personnalités. Pas folichon, le film se laisse regarder avec un oeil sur la montre. La fin laisse présager une suite qui, pour notre part, n'est pas attendue.

16 févr. 2017

The Kid Stays in the Picture (2002) Brett Morgen, Nanette Burstein


Ayant vu et hautement apprécié il y a peu le documentaire que Brett Morgen a réalisé sur Kurt Cobain, j'ai voulu voir autre chose de lui. 
Cette fois c'est Robert Evans, playboy industriel tombé dans une piscine et introduit directement dans le circuit hollywoodien. 
Une histoire hollywoodienne, pleine de rêves, de femmes, de piscines, de drogues mais surtout de bons films qui ont fait des années 70 une période dorée de l'histoire du cinéma. 
Ascension et chute, renaissances, tout y est, en technicolor.
Robert Evans est au commentaire, après avoir écrit son livre, et prévient : il y a la vérité du réalisateur, celle du producteur et la vraie. A nous de faire le tri.

Au final, on se moque un peu de savoir qui a engendré l'oeuvre, certainement les deux, antagonismes ou pas. Saluons le montage de ce documentaire, son style. Du beau travail.

5 févr. 2017

Cobain : Montage of Heck (2015) Brett Morgen


Excellent documentaire qui nous plonge dans l'intimité, pas toujours agréable, de Kurt Cobain.
Les fantômes personnels de Cobain, la célébrité qui le touche de plein fouet et l'irruption de Courtney Love (étrange nom pour quelqu'un qui semble éloigné de la grâce, de la beauté) semblent de trop pour cette âme torturée. Le documentaire développe parfaitement cette trajectoire, loin du glamour et des clichés.

4 févr. 2017

Sully (2016) Clint Eastwood


L'on pourrait trouver ce film ennuyeux mais ce ne fut pas mon cas, bien au contraire. L'anti-héroisme affiché par le pilote oblige le film à ne pas se couvrir d'une étoffe spectaculaire. Ainsi le rythme est lent, le thème musical discret. Les doutes, la peur assaillent le personnage principal qui ne cherche qu'à faire son métier et à le faire bien. Les agences gouvernementales viennent mettre en doute les compétences du capitaine de l'avion. Le conflit a des résonances politiques qui ne m'empêchent pas d'aimer la force tranquille dégagée par le récit.

3 févr. 2017

The Impossible (2012) J. A. Bayona


Le tsunami de 2004 en Thailande, d'après ce qui est arrivé à une famille espagnole avec trois enfants.
La scène catastrophe est impressionnante mais ce qui suit l'est tout autant. C'est un film émouvant et éprouvant qui nous est donné à voir et qui rend compte du désastre avec un réalisme glaçant.

29 janv. 2017

Florence Foster Jenkins (2016) Stephen Frears


New-York, 1944, une riche héritière, passionnée par la musique, prend des cours de chant et donne parfois des concerts privés. Son époux l'entoure avec affection et fait tout pour ne pas qu'elle puisse se rendre compte que sa voix est horrible.

Le film commence comme un polar sordide qui verrait toute une bande de vautours plumer une vieille femme sans défense mais se poursuit en un conte romantique un peu triste mais touchant. Du coup l'on se sent un peu manipulé puisque nos rires deviennent coupables. Frears témoigne beaucoup de tendresse pour ses personnages et l'on sort du film quelque peu ému et attendri devant cette vie étrange mais vécue sous le signe de la passion.

Finding Vivian Maier (2013) John Maloof, Charlie Siskel


John Maloof achète aux enchères une valise pleine de négatifs. C'est le début d'une découverte assez étonnante et mystérieuse à la fois : celle d'une garde d'enfants qui prend des photos dans la rue compulsivement. Ses clichés sont superbes, Maloof tente alors de monter une exposition, de la faire connaître mais pour la faire connaître faut-il encore savoir qui elle est vraiment. le documentaire tente  de percer le mystère de cette femme solitaire et passionnée. 

28 janv. 2017

Manchester by the Sea (2016) Kenneth Lonergan


Le deuil et la culpabilité sont les deux thèmes majeurs de ce film lent et intense. L'on pourrait croire que la lourde atmosphère plomberait le film, l'introspection du personnage joué par Casey Affleck, le temps qui règne mais non, la vie s'impose et pousse les individus à continuer, à aller de l'avant, voir la relation avec son neveu.
Une réussite.

24 janv. 2017

La La Land (2016) Damien Chazelle


Le film a beau se parer de belles couleurs, a beau vouloir démontrer la vacuité de parcours individuels qui ne peuvent, par essence, fonder un destin commun, il a beau masquer, en montrant les coutures, l'amateurisme des acteurs (chant et danse) sous des mouvements amples qui amènent néanmoins le succès, je lui reproche un élément majeur : l'ennui profond qu'il me procure.
J'ai aimé la première séquence, je me suis dit qu'il y avait du talent dans cette volonté de montrer Los Angeles sous ses plus beaux atours mais l'artifice est vite venu polluer les quelques scènes qui misaient sur cette authenticité.
J'ai vraiment eu l'impression que le film tente de séduire qui n'a pas vu les films de Minnelli et qui n'a pas réellement écouté Thelonious Monk. 
Je pars plonger dans l'intégrale Demy et oublier les deux heures les plus longues vues depuis longtemps.

22 janv. 2017

Lion (2016) Garth Davis


Un jeune garçon s'endort dans un train et se réveille 1600 kilomètres plus loin de chez lui, à Calcutta.
Une erreur qui le verra se faire adopter par une famille australienne. Une vingtaine d'années plus tard il ressent le besoin de retrouver sa famille d'origine.

Tiré d'une histoire vraie, le film est émouvant et assez subtil. Il bénéficie d'une belle photographie, ce qui ne gâche pas la plaisir. 

17 janv. 2017

It Follows (2014) David Robert Mitchell


Film enthousiasmant réalisé et écrit par quelqu'un qui connait parfaitement le genre. Tout est admirablement dosé, les cadres, les mouvements, la musique... Ce qui me plaît davantage c'est l'atmosphère sombre et le sentiment de solitude qui entourent les personnages, atmosphère que je rapprocherai de la lecture jouissive qui m'avait procurée la bande dessinée "Black Hole" de Charles Burns - pas la réédition française en un seul volume mais les originaux américains sur ce superbe papier glacé et glaçant. 
Polanski, Carpenter, Tourneur et d'autres sont réunis ici dans ce qui représente un des meilleurs films d'horreur vus depuis longtemps. 

Burn After Reading (2008) Joel & Ethan Coen


Des hommes, des gens, de braves gens, avec leurs moyens, se lancent dans des aventures épiques et se laissent emporter par les choix qu'ils font et les conséquences de leurs actes. Les Coen signent un film d'espionnage où la grandeur, l'héroïsme rasent le trottoir. Jubilatoire.

11 janv. 2017

The Immigrant (2013) James Gray


Au rayon des amours impossibles, The Immigrant reste très en-dessous de The Yards, chef d'oeuvre indépassable ?... Nous ne sommes pas plus émus que cela devant la performance de Marion Cotillard ou devant celle de Phoenix ou Renner. Un coup d'épée dans l'Hudson.

8 janv. 2017

Hidden Figures (2016) Theodore Melfi


Un groupe de femmes afro-américaines contribuent, pour une part importante, à l'épopée spatiale de la Nasa et ce, dans les années 60, celles de la ségrégation.

Le film est d'une facture classique, un scénario solide et une distribution qui l'est aussi. Un film positif qui démontre efficacement l'utilité de tous et de toutes. On pourrait facilement détester le film parce que tout y est prévisible et forcément aimable mais la réalisation sait garder la bonne distance, le travail est appréciable.

4 janv. 2017

Westworld (1973) Michael Crichton


Film froid et glacial décrivant un monde en proie aux pulsions les plus primaires. Plusieurs parcs à thème permettent la jouissance de leurs clients usant et abusant de robots qui leurs sont dévoués.
Yul Brunner est magistral, dommage que l'on n'entende pas assez sa voix métallique.