16 mai 2017

You and Me (1938) Fritz Lang


UCLA Film & Television Archive - Copie 35 mm, nitrate d'origine.

Joie de voir ce film assez rare dans une très belle copie.
Le film surprend car si nous connaissons un peu Fritz Lang, nous ne nous attendons pas à cette tonalité, à ce mélange des genres. Le film fut un flop et mit un terme au contrat qui liait le réalisateur à la Paramount.
La trame principale du récit est la volonté de Joe (George Raft), un ancien détenu, de réussir dans la vie et de réussir sa vie. Le premier objectif est atteint car il travaille chez Morris (Harry Carey) qui dirige un grand magasin et qui tient à y employer d'anciens détenus afin de leur donner une chance de réinsertion. Nous tenons là la veine sociale chère à Fritz Lang. Le second réside en les sentiments qu'il ressent pour Helen (Sylvia Sydney qui signe son troisième film avec Lang), une autre employée de Morris. Il lui a de suite indiqué qu'il sortait de prison et désire l'épouser.

L'ensemble tient de la comédie, l'on rit souvent et la légèreté est de mise. S'ajoute à cela des séquences qui relèvent de la comédie musicale, une chanson voire des passages clipés dont la musique a été composée par Kurt Weill, morceaux qui sont agréables à suivre et dont le montage est digne d'intérêt.
Joe est rattrapé par son passé car ses anciens camarades de prison font toujours partie du milieu et veulent le voir revenir aux affaires. D'autres séquences relèvent alors du film noir et certaines sont d'un expressionnisme admirable, pensons à celle qui se passe en prison et qui vit arriver un nouveau détenu. Toute la bande est interprétée par des gueules succulentes : Robert Cummings, Barton MacLane, Roscoe Karns, George E. Stone, Warren Hymer, Kit Guard, Ernie Adams... Cette équipe fait le sel du film.

Des séquences de haute tenue parsèment le film, les logeurs qui hébergent Helen, la séquence de la lune de miel, le système de communication des truands, la leçon donnée aux truands par Helen dans le rayon jouets.
Il ne nous semble pas que le film ait une excellente réputation, c'est fort regrettable.

14 mai 2017

The West (1996) Stephen Ives


Si vous avez toujours eu envie de plonger dans l'Ouest américain, celui des pionniers, des fous qui partaient à l'aventure, à la découverte des grands espaces, si vous voulez ressentir ce que peut procurer la vie en ces lieux, si vous voulez avoir un véritable regard sur ce que les Indiens sont, sur la manière dont ils ont été traités par l'homme blanc, si vous voulez vivre la construction du chemin de fer qui relie deux océans, si vous voulez découvrir la véritable histoire et laisser de côté la légende, alors ce documentaire de neuf heures est pour vous. Fi du sensationnel, place qui documents, à la parole, aux historiens et à l'Ouest, le vrai. Addictif.

2 mai 2017

The Road (2009) John Hillcoat


Un père et son fils tentent de survivre dans une Amérique post-apocalyptique. 
Le film baigne dans des tons beiges, grisâtres, aucune lueur d'espoir ne vient contrebalancer la morbidité de leur environnement. la nourriture est difficile à trouver et le cannibalisme est une option qui devient la norme. Reste alors la transmission de valeurs, "Are we the good guys?", ce qui rattache l'homme à son humanité, ce qui le préserve encore. Le père (Viggo Mortensen) s'accroche fermement à ce dernier rempart, aidé par l'innocence intrinsèque de son fils, l'innocence des enfants dont parle Victor Hugo dans "Les misérables". 

16 avr. 2017

Metallica : Some Kind of Monster (2004) Joe Berlinger & Bruce Sinofsky


Trois ans avec Metallica ou comment un groupe qui a vendu des millions d'albums tente d'en créer un nouveau, sans bassiste, avec un membre qui part en cure de désintoxication...
L'ego, la vie de famille, le besoin de créer, le tout sous la supervision d'un psy et du producteur de l'album.
Intéressant.

6 avr. 2017

Hell or High Water (2016) David Mackenzie


Superbe scénario qui traite une réalité économique sous un angle original. Deux frères braquent des banques avec un rythme  qui peut ressembler à une frénésie suicidaire, leurs motivations sont peu à peu dévoilées et le récit gagne en intérêt. Le traitement du duo de rangers donne au film la légèreté nécessaire pour diluer la lourdeur de la trame principale.
Tourné en Arizona et au Nouveau Mexique, c'est un polar moderne qui conserve la tradition sociale du genre inscrit dans des décors frappés par un soleil permanent. 
Le conflit entre la loi officielle et celle morale, implicite et plus ancienne, tension que l'on retrouve dans de nombreux westerns, est parfaitement illustré ici.

30 mars 2017

Sacro GRA (2013) Gianfranco Rosi


Le GRA est le périphérique qui entoure Rome. Rosi filme divers individus qui tous, gravitent, autour de cet axe en mouvement perpétuel et accrochent à son tableau de chasse de magnifiques portraits emplis de vie. C'est l'extraordinaire dans l'ordinaire qui est chanté ici, la sublimation du banal, de ce qui l'est moins, des rapports humains. La grandeur d'un réalisateur est de nous montrer le monde, de l'offrir à nos regards sous un jour nouveau ou sous son authenticité, documentaire ou pas. A la vue de son travail nous pouvons affirmer que Rosi est grand.

26 mars 2017

O. J. : Made in America (2016) Ezra Edelman


Un conte tragique épique qui narre la grandiose conquête de l'Amérique par un jeune athlète à qui tout réussit, son ascension, sa gloire puis son narcissisme, sa folie et ses crimes. Ce documentaire de près de huit heures peint un destin individuel à la croisée de la question raciale au coeur de l'actualité américaine. L'absurde compose avec l'irrationnel, fruits des déviances humaines où la justice peine à se frayer un chemin. 

Fuocoammare, par-delà Lampedusa (2016) Gianfranco Rosi


Lampedusa accueille une bonne partie de la misère du monde. Hommes, femmes, enfants arrivent par bateaux, embarcations plus ou moins précaires qui les étouffent, les brûlent, les noient avant même parfois qu'ils voient cette terre attendue. Rosi filme les secours italiens, l'assistance qui leur est donnée. Mais pas seulement. Comme dans Below Sea Level, il prend le temps de filmer et montre le quotidien des habitants, pas seulement ceux qui sont en lien avec les réfugiés. Ainsi voit-on un enfant, fils de pêcheur, fabriquer son lance-pierre pour tuer les oiseaux et finir par en caresser un, ainsi voit-on son père, sa mère, à la pêche en mer, préparer le repas. D'autres aussi, un animateur radio, sa tante qui l'appelle pour qu'il passe des chansons, un nageur qui collecte les oursins, le médecin chargé de faire les autopsies des cadavres...
Il y a la vie de ces réfugiés, leurs pertes, ce qu'ils fuient et il y a celle des habitants de l'île qui semblent hantés par une angoisse. Derrière les gestes simples on devine l'anxiété, l'angoisse, tous les échos d'un monde chaotique qui vient se rappeler à eux chaque jour.
Voici un documentaire qui évite le sensationnel, le bruit pour atteindre une vérité chargée d'émotions, pour montrer les gens tels qu'ils existent, tels qu'ils vivent.

27 févr. 2017

Going Clear : Scientology and the Prison of Belief (2015) Alex Gibney


Documentaire édifiant sur les origines de la scientologie ou comment l'esprit dérangé de L. Ron Hubbard a produit un monstre pour s'enrichir. D'anciens cadres importants dans l'organisation témoignent et révèlent la véritable cupidité qui meut l'entité. Nous en apprenons beaucoup sur ses méthodes, sur les dégâts subis par les adeptes, sur leur vitrine à savoir Travolta et Cruise et la manière dont ils sont utilisés. Effrayant.


26 févr. 2017

The White Helmets (2016) Orlando von Einsiedel


De simples civils syriens ont formé une brigade de secours, les casques blancs, qui intervient le plus rapidement possible sur les zones civiles bombardées par les avions russes, alliés de Bashar al-Assad.
L'on comprend mieux pourquoi les civils tentent de fuir la Syrie. Le documentaire est assez court mais son impact est efficace, ce sont des hommes et des femmes inexpérimentés qui font ce qu'ils peuvent avec peu de moyens. 

16 févr. 2017

The Kid Stays in the Picture (2002) Brett Morgen, Nanette Burstein


Ayant vu et hautement apprécié il y a peu le documentaire que Brett Morgen a réalisé sur Kurt Cobain, j'ai voulu voir autre chose de lui. 
Cette fois c'est Robert Evans, playboy industriel tombé dans une piscine et introduit directement dans le circuit hollywoodien. 
Une histoire hollywoodienne, pleine de rêves, de femmes, de piscines, de drogues mais surtout de bons films qui ont fait des années 70 une période dorée de l'histoire du cinéma. 
Ascension et chute, renaissances, tout y est, en technicolor.
Robert Evans est au commentaire, après avoir écrit son livre, et prévient : il y a la vérité du réalisateur, celle du producteur et la vraie. A nous de faire le tri.

Au final, on se moque un peu de savoir qui a engendré l'oeuvre, certainement les deux, antagonismes ou pas. Saluons le montage de ce documentaire, son style. Du beau travail.

5 févr. 2017

Cobain : Montage of Heck (2015) Brett Morgen


Excellent documentaire qui nous plonge dans l'intimité, pas toujours agréable, de Kurt Cobain.
Les fantômes personnels de Cobain, la célébrité qui le touche de plein fouet et l'irruption de Courtney Love (étrange nom pour quelqu'un qui semble éloigné de la grâce, de la beauté) semblent de trop pour cette âme torturée. Le documentaire développe parfaitement cette trajectoire, loin du glamour et des clichés.

3 févr. 2017

The Impossible (2012) J. A. Bayona


Le tsunami de 2004 en Thailande, d'après ce qui est arrivé à une famille espagnole avec trois enfants.
La scène catastrophe est impressionnante mais ce qui suit l'est tout autant. C'est un film émouvant et éprouvant qui nous est donné à voir et qui rend compte du désastre avec un réalisme glaçant.

29 janv. 2017

Finding Vivian Maier (2013) John Maloof, Charlie Siskel


John Maloof achète aux enchères une valise pleine de négatifs. C'est le début d'une découverte assez étonnante et mystérieuse à la fois : celle d'une garde d'enfants qui prend des photos dans la rue compulsivement. Ses clichés sont superbes, Maloof tente alors de monter une exposition, de la faire connaître mais pour la faire connaître faut-il encore savoir qui elle est vraiment. le documentaire tente  de percer le mystère de cette femme solitaire et passionnée. 

28 janv. 2017

Manchester by the Sea (2016) Kenneth Lonergan


Le deuil et la culpabilité sont les deux thèmes majeurs de ce film lent et intense. L'on pourrait croire que la lourde atmosphère plomberait le film, l'introspection du personnage joué par Casey Affleck, le temps qui règne mais non, la vie s'impose et pousse les individus à continuer, à aller de l'avant, voir la relation avec son neveu.
Une réussite.

17 janv. 2017

It Follows (2014) David Robert Mitchell


Film enthousiasmant réalisé et écrit par quelqu'un qui connait parfaitement le genre. Tout est admirablement dosé, les cadres, les mouvements, la musique... Ce qui me plaît davantage c'est l'atmosphère sombre et le sentiment de solitude qui entourent les personnages, atmosphère que je rapprocherai de la lecture jouissive qui m'avait procurée la bande dessinée "Black Hole" de Charles Burns - pas la réédition française en un seul volume mais les originaux américains sur ce superbe papier glacé et glaçant. 
Polanski, Carpenter, Tourneur et d'autres sont réunis ici dans ce qui représente un des meilleurs films d'horreur vus depuis longtemps. 

Burn After Reading (2008) Joel & Ethan Coen


Des hommes, des gens, de braves gens, avec leurs moyens, se lancent dans des aventures épiques et se laissent emporter par les choix qu'ils font et les conséquences de leurs actes. Les Coen signent un film d'espionnage où la grandeur, l'héroïsme rasent le trottoir. Jubilatoire.

11 janv. 2017

The Immigrant (2013) James Gray


Au rayon des amours impossibles, The Immigrant reste très en-dessous de The Yards, chef d'oeuvre indépassable ?... Nous ne sommes pas plus émus que cela devant la performance de Marion Cotillard ou devant celle de Phoenix ou Renner. Un coup d'épée dans l'Hudson.

4 janv. 2017

Westworld (1973) Michael Crichton


Film froid et glacial décrivant un monde en proie aux pulsions les plus primaires. Plusieurs parcs à thème permettent la jouissance de leurs clients usant et abusant de robots qui leurs sont dévoués.
Yul Brunner est magistral, dommage que l'on n'entende pas assez sa voix métallique.