30 mars 2017

Sacro GRA (2013) Gianfranco Rosi


Le GRA est le périphérique qui entoure Rome. Rosi filme divers individus qui tous, gravitent, autour de cet axe en mouvement perpétuel et accrochent à son tableau de chasse de magnifiques portraits emplis de vie. C'est l'extraordinaire dans l'ordinaire qui est chanté ici, la sublimation du banal, de ce qui l'est moins, des rapports humains. La grandeur d'un réalisateur est de nous montrer le monde, de l'offrir à nos regards sous un jour nouveau ou sous son authenticité, documentaire ou pas. A la vue de son travail nous pouvons affirmer que Rosi est grand.

26 mars 2017

O. J. : Made in America (2016) Ezra Edelman


Un conte tragique épique qui narre la grandiose conquête de l'Amérique par un jeune athlète à qui tout réussit, son ascension, sa gloire puis son narcissisme, sa folie et ses crimes. Ce documentaire de près de huit heures peint un destin individuel à la croisée de la question raciale au coeur de l'actualité américaine. L'absurde compose avec l'irrationnel, fruits des déviances humaines où la justice peine à se frayer un chemin. 

Fuocoammare, par-delà Lampedusa (2016) Gianfranco Rosi


Lampedusa accueille une bonne partie de la misère du monde. Hommes, femmes, enfants arrivent par bateaux, embarcations plus ou moins précaires qui les étouffent, les brûlent, les noient avant même parfois qu'ils voient cette terre attendue. Rosi filme les secours italiens, l'assistance qui leur est donnée. Mais pas seulement. Comme dans Below Sea Level, il prend le temps de filmer et montre le quotidien des habitants, pas seulement ceux qui sont en lien avec les réfugiés. Ainsi voit-on un enfant, fils de pêcheur, fabriquer son lance-pierre pour tuer les oiseaux et finir par en caresser un, ainsi voit-on son père, sa mère, à la pêche en mer, préparer le repas. D'autres aussi, un animateur radio, sa tante qui l'appelle pour qu'il passe des chansons, un nageur qui collecte les oursins, le médecin chargé de faire les autopsies des cadavres...
Il y a la vie de ces réfugiés, leurs pertes, ce qu'ils fuient et il y a celle des habitants de l'île qui semblent hantés par une angoisse. Derrière les gestes simples on devine l'anxiété, l'angoisse, tous les échos d'un monde chaotique qui vient se rappeler à eux chaque jour.
Voici un documentaire qui évite le sensationnel, le bruit pour atteindre une vérité chargée d'émotions, pour montrer les gens tels qu'ils existent, tels qu'ils vivent.

8 mars 2017

Rectify (2013 - 2016) Ray McKinnon


Daniel Holden (Aden Young) sort de prison après 19 ans, une analyse d'ADN l'ayant disculpé. Il revient auprès des siens.

Le rythme de la série peut rebuter, la lenteur est une vertu cardinale. Holden doit s'adapter à une réalité qu'il ne connaît pas, ayant été enfermé dans le couloir des condamnés à mort. Il passe de la solitude à la vie en société, sans compter que nombreux sont ceux qui lui en veulent et désirent le renvoyer entre quatre murs. 
C'est toute une communauté qui est décrite et chacun de ses membres évolue au fil des épisodes. L'ensemble est passionnant et intense, comme un excellent roman.

6 mars 2017

Reality (2014) Quentin Dupieux


Un cameraman (Alain Chabat) soumet un projet de film à un producteur. Un projet entre Scanners et Videodrome. Le producteur lui impose de trouver un cri génial, celui que doivent produire les victimes des téléviseurs émetteurs d'ondes fatales. Il a 48 heures pour le faire. Suit une descente aux enfers dans une tonalité hybride entre Lynch et Tati.
Souvent drôle. C'est déjà beaucoup.

1 mars 2017

Phil Spector (2013) David Mamet


"I have no trouble with the Beatles."

Phil Spector, le producteur légendaire, est accusé d'avoir tué Lana Clarkson dans sa vaste demeure. Il prétend que c'était un accident.
Le scénario se concentre sur la relation que Spector entretient avec son avocate durant la préparation de son premier procès.
Il ne reste pas grand-chose de ce film, Pacino cabotine, tout emperruqué, et Mirren fait le job... L'ambiguïté persiste entre la culpabilité d'un homme violent, colérique et égocentrique, vaniteux et l'innocence d'un homme différent, reclus dans sa riche propriété. Je dois dire que je n'arrive pas à m'intéresser à son sort. Dommage, le projet était excitant.